Indochine 1951
LE JOURNAL
5. HANOÏ, la dernière étape

 


 


Mardi 20 février

Ce matin j'oublie de poster mes lettres.
Déjeuner en ville, retour au terrain pour essayer l'avion au sol, régler les comptes et décoller vers 9h00.
L'avion ne marche pas très bien, mais nous arrivons à DONG-HOÏ ou nous faisons les pleins d'essence.
Nous prenons du ravitaillement, enfilons nos "MAE-WEST" et décollons pour le grand coup.



avant le départ vers HANOÏ


Je n'ai pas d'appréhension et bientôt nous volons au dessus de la mer.
Dès la première demi-heure nous nous aperçevons que la vitesse est supérieure aux prévisions.
Après une heure de vol, nous sommes à la hauteur de VINH.
Nous volons ainsi jusqu'a la côte du TONKIN et le delta du Fleuve Rouge. C'est en suivant ce fleuve que nous atteignons HANOÏ.



la mer de Chine...

...la cote d'Anam


l'estuaire du Fleuve Rouge

 

Depuis notre arrivée sur la cote du TONKIN, nous avons retrouvé le brouillard au point d'avoir du mal à repérer HANOÏ.
Atterrissage normal à BAC-MAÏ un des deux aérodromes d'HANOÏ. L'autre étant GIALAM situé de l'autre coté du fleuve.
Nous allons au parking de l'ELA 53 ou nous mettons enfin pieds à terre. Je règle les papiers de l'avion... (que personne n'attendait !).
A BAC-MAÏ, je retrouve un grand nombre de copains du Bourget, d'Aulnat ou de Rochefort.
Le soir nous sommes invités par des pilotes et nous allons ensuite nous coucher assez fatigués.
Nous avons fait DONG-HOÏ - HANOÏ en 2h55 alors que nous avions prévu près de 4h00.

 


l'Aérodrome de HANOÏ (BAC-MAÏ), arrivée le 20 février 1951

 


Mercredi 21 février

Levé vers 7h00, déjeuner. Nous allons en ville vers 9h00. A HANOÏ, nous nous occupons des formalités pour notre retour vers SAÏGON. Nous devons partir Vvendredi par le DAK régulier.
Je retrouve mon ami Georges GUILLON qui etait au mois de Septembre dernier, du vol ou nous avons percuté une ligne électrique au-dessus de CHOLON. Il nous invite pour demain soir.
En ville nous allons prendre un bain chaud, chose rare dans ce pays ou la douche à température ambiante est plus courante.
Le tenancier du bain, nous propose de nous laver ! Refus catégorique !
Nous rentrons en stop à BAC-MAÏ. Sieste jusqu'a 16h00.
Rentrés à l'escadrille nous dinons avec un copain : COLLET, puis nous allons nous coucher.



Jeudi 22 février

Après le petit déjeuner, nous allons porter nos bagages à l'escale ou nous devons les peser et nous aussi par la même occasion.
Nous terminons ensuite les formalités de retour.
Retour à BAC-MAÏ pour le déjeuner.
Nous repartons ensuite à HANOÏ ou nous allons au cinéma voir "¨Pattes Blanches" rue Paul Bert. Nous cherchons des douches en vain. Diner le soir avec GUILLON ou je retrouve un ancien copain : LARDILLER.
Cinéma pour terminer la soirée et nous rentrons à l'escale ou tout est fermé. Au bout d'un moment nous décidons de "faire le mur", c'est alors que quelqu'un vient nous ouvrir.
L'escale est située près du petit lac au centre d'HANOÏ.



Vendredi 23 février

Départ de l'escale à 6h30 en camion pour GIALAM. Nous passons par le pont DOUMER sur le Fleuve Rouge, pont construit sur les plans de Gustave EIFFEL.
Décollage vers 7h00 en DAK pour HAÏPHONG en pleine crasse ce qui nous enlève toutes chances d'aperçevoir la BAIE D'ALONG.
Atterrissage 45 minutes après, toujours en plein brouillard.
Casse-croute. Nous embarquons ensuite pour HUE avec à bord le Général CHAMSON*, un des patrons en Indochine.
JACOMINO arrive au moment de la fermeture de la porte. C'etait juste !
Décollage et nous arrivons 2h00 plus tard à HUE.
Nous repartons très rapidement et atterrissons à TAN SON NHUT à 13h30 après un total de 5h20 de vol.
Le périple est donc terminé après un mois de voyage plutôt chaotique et 40 heures de vol.
En arrivant à l'escadrille, j'apprends alors mon affectation à HUE.
Il va donc falloir refaire les valises...

 

*(Le Général CHAMSON sera tué quatre mois plus tard lors d'un attentat pendant une prise d'armes)