Indochine 1951
LE JOURNAL
1. En suivant le MEKONG

 

 

TAN SON NHUT,
Lundi 22 janvier 1951.

Vers 11h00, j'apprends par le chef mécanicien ANZIANI que je pars demain pour convoyer un Morane 500 (le 1013 Q) à HANOÏ.
Il est prévu entre temps de rejoindre LUANG PRABANG au LAOS ou l'on aurait besoin de nous pour des évacuations sanitaires.
L'après-midi, je vais à SAÏGON effectuer quelques achats, le voyage devant durer une quinzaine de jours.
Le soir : préparation du départ.

Mardi 23 janvier .

Décollage à 7h25, le pilote est le Sergent JACOMINO, un ami, compétent (ce qui rassure), sympathique (ce qui est important pour une mission aussi longue). J'ai déjà une douzaine de vols avec lui.
Notre avion ne possède aucun instrument pour voler par mauvais temps, il n'y a pas de radio à bord, nous n'avons pas de parachute, ni d'armes en cas de crash.
Nous volons en groupe avec deux autres Morane du Groupe Aérien d'Observation d'Artillerie (GAOA). Il vont aussi à HANOÏ mais directement, nous allons donc faire une partie du chemin ensemble.
Nous arrivons à KRATIE au CAMBODGE, ville située sur le MEKONG (1).


le Sgt JACOMINO

Personne sur le terrain pour nous accueillir, passage en rase-mottes au dessus de la ville, atterrissage à 9h30.
Attente ou nous faisons connaissance des deux autres équipages. Curieusement un des deux pilotes, originaire du Loir et Cher connaît la famille CHARVET, voisins de mes parents à Paris.
Un Lieutenant arrive et nous annonce qu'il n'y a pas d'essence 80 octane prévue pour nos moteurs. Nous décidons de faire un complément de plein avec de la 100 octane (un risque pour le moteur?).
Nous décollons vers 11h00.


Escale à Kratié

 


Les pleins...

 


...d'essence
Voyage sans histoires jusqu'a PAKSE (LAOS) ou nous atterrissons à 13h45.
Nous allons dejeuner en ville située elle aussi sur le MEKONG (1),au restaurant "le bungalow". Retour au terrain, nous redécollons vers 16h30.

 


Paksé (LAOS)

 

Deux heures après, nous sommes à SENO aérodrome de la ville de SAVANNAKHET. Le terrain assez éloigné de la ville est situé sur un plateau avec peu de végétation.
Nous y retrouvons d'anciens camarades. Réception très correcte, bien arrosée. Ceci ajouté à la fatigue, nous finissons la soirée plutôt gais.

Mercredi 24 janvier,

Après une mauvaise nuit, réveil vers 7h30... un peu vaseux !
Nous attendons la météo pour VIENTIANE et les deux autres Morane pour XIENG-KUANG route directe pour HANOÏ.
Décollage à 10h10 par beau temps et rapidement nous nous séparons des deux autres.
Nous survolons le MEKONG (1) jusqu'a PAK XNAN, le fleuve partant vers l'ouest, nous en profitons pour gagner du temps en survolant le SIAM pendant une demie-heure.
Vers VIENTIANE l'avion est un peu secoué et nous atterrissons après 2h45 de vol.
Nous allons en ville en camion non-baché sur une route défoncée et poussiéreuse (poussière rouge de latérite).
Nous dejeunons rapidement, revenons au terrain faire les pleins et repartons vers 15h00 direction LUANG-PRABANG.

 


vers LUANG-PRABANG


Au début, beau temps. Après 45 minutes de vol nous atteignons les premiers contreforts montagneux noyés dans les nuages.Sans instruments et risquant à tout moment de percuter, nous décidons de faire demi-tour. Nous revenons à VIENTIANE après 1h30 de vol. Tous les avions dans la région ont fait comme nous et nous retrouvons nos deux Morane ainsi que quelques JU 52.
Nous retournons en ville et logeons à "l'escale"*.
Le soir ballade le long du MEKONG et en rentrant nous apprenons que notre mission à LUANG-PRABANG est annuée.
Demain direction HANOÏ.

* L'escale, dans chaque grande ville est le point qui accueille les militaires de passage.


Jeudi 25 janvier .

Après une bonne nuit, nous remontons au terrain attendre la météo. Je retrouve ainsi des copains venus sur "l'Athos II".
Vers midi, c'est net ! Interdiction des décollages et atterrissages, donc rien à faire pour repartir aujourd'hui.
Après-midi : visite de VIENTIANE (capitale du LAOS), avec les deux autres équipages, photos devant une pagode et avec un cyclo-pousse.
Le soir, cinema et j'ecris une lettre en France qui j'espère pourra partir demain.

 

Devant une pagode à
VIENTIANE


le cyclo-pousse

en visite à VIENTIANE

Vendredi 26 janvier.

Temps moyen. Nous décidons de retourner à SENO pour prendre une route plus favorable.
De SENO nous espérons passer au dessus de la Cordillière Annamitique et rejoindre DONG HOÏ en ANNAM sur la mer de Chine.
La météo nous autorise à décoller pour revenir sur nos pas.
Dés le début nous avons un plafond de 50 mètres et une visibilité a peu près nulle. Ainsi pendant deux heures et demie nous suivons les méandres du MEKONG.
Une heure avant SENO le temps se dégage et c'est avec soulagement que nous nous posons après 3h30 de vol.
A SENO l'après-midi, nous jouons aux boules et le soir nous nous couchons tôt.

 


(1) le MEKONG : 4200 kms, prend sa source au TIBET, traverse la province chinoise du YUNNAN et sert ensuite de frontière entre le LAOS et la BIRMANIE, puis entre le LAOS et le SIAM (THAÏLANDE). Il passe à PHNOM-PENH au CAMBODGE, puis se jette dans la mer de chine au VIET-NAM au sud de SAÏGON par un immense delta.


le MEKONG

 

RETOUR SUITE